Return to site

[Fiche] L'enjeu du numérique pour l'avenir de la France

par Camille BOULENGUER, Etudiante à Dauphine

Les sciences sociales définissent “la révolution numérique” comme une transformation profonde et silencieuse des sociétés industrielles (notamment Europe occidentale, Amérique du Nord, Japon), provoquée par l'essor de l'informatique et de l’Internet. Ces mutations se traduisent à travers l’arrivée de nouvelles formes de communication (courriels, réseaux sociaux) permettant la mise en réseau planétaire des individus. La diffusion dans la société de ce que l’on désigne couramment par “nouvelles technologies” sont à l’origine d’une circulation des idées plus décentralisée et conditionnent à termes la capacité de la Nation, de ses institutions et de ses entreprises à être compétitives. Le numérique touche l’ensemble de la société.

Le numérique, une révolution sociétale

De l’économie numérique

Le numérique transforme des marchés dits « traditionnels » comme celui de l’automobile où la voiture devient, un véritable « objet connecté » qui proposera de nombreux services en ligne (streaming, musique, informations diverses). Autre exemple, le monde du recrutement qui, avec l’apparition d’acteurs issu du numérique appelé « Pure players » tend à désintermédier les structures « classique » en impulsant de nouvelles méthodes, à l’instar de la start-up « Monkey Tie » qui est venu bousculer les codes du recrutement en s’inspirant de méthodes employées par les sites de rencontre. Les innovations numériques créent également de nouveaux marchés. Les objets connectés, par exemple, associés au Big Data (ou données massives), représentent un potentiel de création de valeur de 74 milliards d’euros pour la France en 2020 (et de 138 milliards en 2025) auquel s’ajoute le développement d’un nouveau marché des achats d’équipements connectés estimé à 15 milliards d’euros en 2020 et 23 milliards en 2025. En matière d’emploi, France stratégie estime que l’automatisation des tâches est un facteur de transformation des métiers plus qu’une force destructrice d’emploi (« L’effet de l’automatisation de l’emploi : ce que l’on sait et ce qu’on ignore », 19 juillet 2016, Nicolas le RU, France Stratégie).

De la démocratie numérique

Le numérique s’insère dans la vie politique et peut être envisagé comme une réponse à la crise démocratique. Les citoyens ont en effet le sentiment d’une régression de leur influence sur les décisions politiques (« Démocratie : le réenchantement numérique ? », 8 décembre 2016, Renaissance numérique et Fondation Jean Jaurès). Le numérique renouvelle les modes de participations citoyennes, à l’instar de la plateforme de pétitions en ligne Change.org. De surcroit, le développement budget participatif de municipaux, comme à Paris, s’inscrit dans ce mouvement.

La France dans la transition numérique

L’indice sur la société et l'économie numérique ou DESI mis en place par Commission européenne est un indice composite qui résume les indicateurs pertinents sur la performance numérique en Europe et suit l'évolution des États membres de l'UE dans la compétitivité numérique. Il est construit autour de cinq dimensions : la connectivité à travers la mesure du déploiement de l'infrastructure haut débit et de sa qualité. L'accès à des services rapides à haut débit étant retenu comme une condition nécessaire à la compétitivité. La dimension du capital humain mesure les compétences nécessaires pour tirer parti des possibilités offertes par une société numérique, tandis que l’utilisation internet rend compte de la diversité des activités réalisées par les citoyens en ligne. L’exploitation d’internet comme canal de vente par les entreprises est appréhendé par l’intégration de la technologie numérique et l’administration en ligne est mesurée par l’indice de numérisation des services publics.

Si la France possède des atouts (infratructures, formation, pénétration des usages dans la population), en 2016, le DESI la positionne dans le dernier tiers de l’Europe des Quinze pour le développement numérique.

Pour la France, la poursuite du « virage numérique » reste un véritable enjeu pour le prochain quinquennat. Les enjeux d’innovation (amélioration des systèmes d’information) et d’appropriation des usages numériques (intensification des échanges) sont envisagés comme des vecteurs de performance économique.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly