• Printemps de l'économie, mardi 19 mars 2019

    A la Bourse du travail, Annexe Varlin, Salle Salle Germaine et Eugène Hénaff, Paris (3e)

  • Travail : un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout ?

    Mardi 19 mars 2019

    A la Bourse du travail, Annexe Varlin, Salle Salle Germaine et Eugène Hénaff, Paris (3e)

    Accès sur inscription en ligne et dans la limite des places disponibles

    Pour inscrire une classe, un groupe

    Préciser le niveau de la classe (seconde, première, terminale), le nombre d'élèves et d'accompagnants, le nom de l'établissement, la ville et l'académie.

    Inscriptions individuelles

    Pour réserver une à deux places, sur la plateforme Eventbrite.

    N'hésitez pas également à le partager auprès de vos contacts sur les réseaux sociaux !

  • Le programme

    Toutes les sessions se déroulent dans

    la Salle Germaine et Eugène Hénaff, à la Bourse du travail, Annexe Varlin,

    85 rue Charlot, Paris (3e), M° République ou Oberkampf

    #16 / 8h15-8h55 / Autour de Serge Paugam

    Session Les Economiques

    Inscription obligatoire pour assister à la session suivante

     

    Intervenant-e-s :

    Serge Paugam, sociologue, directeur d'études à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS),

    directeur de recherche au CNRS, responsable de l'Équipe de Recherches sur les Inégalités Sociales (ERIS) du Centre Maurice Halbwachs (CMH)

    Animation : Rozenn Le Saint, Santé et Travail

    #17 / 9h-10h15 / Peut-il y avoir un capitalisme européen ?

    Session conçue par Patrick Artus - Natixis

     

    Les méfaits du « capitalisme anglo-saxon » sont connus : déformation du partage des revenus au détriment des salariés, rémunération excessive des actionnaires, report des risques d'entreprise vers les salariés, levier d'endettement finançant des rachats d'actions, horizon de court terme et recherche de rentes de monopole... Est-il possible, et à quelles conditions, qu'il y ait un capitalisme européen qui n'ait pas ces caractéristiques ? Comment protéger les entreprises européennes des normes du capitalisme anglo-saxon ? La propriété des entreprises joue certainement un rôle important.

     

    Intervenant-e-s :

    Patrick Artus, chef économiste, Natixis

    Elie Cohen, directeur de recherches, CNRS

    Benjamin Coriat, professeur d'économie à l'université Paris XIII

    Anne-Marie Idrac, haute représentante pour le développement des véhicules autonomes, ancienne secrétaire d’Etat aux transports et au commerce extérieur, ancien P-DG de la RATP et de la SNCF

    Jean Peyrelevade, président et managing director de Banque DEGROOF PETERCAM France, ancien P-DG du Crédit Lyonnais et conseiller de Pierre Mauroy

    Animation : Thierry Fabre, rédacteur en chef adjoint, Challenges

    #18 / 10h30-11h30 / Digitalisation de l'économie et polarisation du marché du travail

    Session conçue par Bruno Palier et Andreana Khristova - LIEPP Sciences Po

     

    Cette session se focalise sur la numérisation de l’économie et les phénomènes de polarisation du marché du travail qu’elle engendre. La digitalisation peut se comprendre comme une révolution industrielle, une série d’innovations technologiques associée à de nouvelles pratiques et à de nouveaux modèles d’affaires. Comme toute révolution industrielle, elle passe par une phase de destruction de l’existant, avant de transformer profondément le monde du travail, et de développer de nouveaux secteurs d’activité et de nouveaux emplois. La particularité de cette phase vient du fait que les emplois détruits sont principalement des emplois du milieu (en terme de qualification ou de rémunération) tandis qu’elle permet la création d’emplois très bien rémunérés d’une part (dans les high tech, services à haute valeur ajoutée), et peu rémunérés et précaires d’autre part (dans les services interpersonnels notamment).

     

    Intervenant-e-s :

    Bruno Palier , Directeur de recherche CNRS en science politique au Centre d’études européennes et de politique comparée (CEE), directeur du Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP)

    Camille Peugny, Professeur des universités en sociologie professeur à l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

    Gregory Verdugo, Professeur des universités en Sciences économiques à l'Université Evry Val-d'Essonne

    Animation : Didier Pourquery, rédacteur en chef, The Conversation

    #19 / 11h45-13h / Anticiper les métiers de demain et les besoins de compétences

    Session conçue par Hélène Garner - France Stratégie

     

    Dans un marché du travail en profondes mutations, sous l'effet notamment de la révolution numérique, anticiper les évolutions des métiers et des compétences nécessaires pour les exercer, est un enjeu central. Central pour les entreprises qui, pour affronter la concurrence et rester compétitives, doivent accompagner leurs salariés dans l'adaptation de leurs compétences aux innovations en cours et à venir. Central pour les individus qui doivent s'insérer sur le marché du travail et offrir les compétences dont a besoin l'économie pour se développer. Central pour les organismes de formation qui doivent faire évoluer leur offre, dans son contenu comme ses modalités de délivrance.

    Mais dans un monde en perpétuelles mutations l'anticipation est un exercice délicat et risqué. Quelles sont les méthodes existantes pour anticiper les métiers et les compétences? Que sait-on de leur utilité et de leur qualité ? Pour répondre à ces questions 4 experts du monde de l'expertise publique et privée viendront nous présenter leurs travaux et la manière dont ils sont utilisés mais aussi les limites de ces méthodes.

     

    Intervenant-e-s :

    Cécile Jolly, cheffe de projet Prospective des Métiers et des Qualifications à France Stratégie

    Cyril Nouveau, directeur de la Direction des Statistiques, des Études et de l'Évaluation de Pôle emploi

    Pierre Blanc, Associé du cabinet Athling, impact de l'IA (emploi et compétences) dans la banque

    Emmanuelle Pérès, Directrice générale adjointe en charge des compétences, de l'emploi et de la formation, PFA / Filière Automobile & Mobilités

    Animation : Marie Visot, Le Figaro

    #20 / 14h-15h15 / Comment se fixent les salaires ?

    Session conçue par Pierre-Pascal Boulanger et Antoine Naboulet, respectivement pour l'Académie de Paris et France Stratégie

     

    Dire que le salaire est le prix du travail, c'est en reconnaître le deux facettes : comme revenu du travail, impliquant des questions de niveau de vie et de juste rétribution du travail; comme coût du travail, renvoyant aux enjeux de compétitivité et d'arbitrage entre facteurs de production. Comprendre la façon dont se fixe ce prix nécessite de multiples entrées. Jusqu'où résulte-t-il du rapport entre offre et demande, du niveau de chômage ou de la productivité ? Que sait-on des pratiques des entreprises en matière de rémunération ? Quel rôle jouent les dispositifs institutionnels tels que la négociation collective, le salaire minimum ou les grilles salariales des branches professionnelles ? Comment les prélèvements sociaux et la redistribution publique affectent-ils la fixation des salaires ?

     

    Intervenant-e-s :

    Bruno Coquet, économiste, OFCE

    Jérôme Gautié, économiste, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d'Economie de la Sorbonne

    Erwan Gautier, économiste, Service d'Etudes sur la Politique Monétaire, Banque de France

    Héloïse Petit, économiste, Clersé Université de Lille I, Cnam-CEET

    Animation : Philippe Lefébure, France Inter

    #21 / 15h30-16h30 / La qualité de vie au travail

    Session conçue par Philippe Couteux et Catherine Pinchaut - Cfdt

     

    Pour nombre d’acteurs de l’entreprise, la qualité de vie au travail conditionne l’engagement des travailleurs et, ce faisant, la performance de l’entreprise. Ce postulat doit être réinterrogé alors que la QVT est souvent traduite par « bien-être », voire « bonheur » au travail sans aller jusqu’à créer les conditions d’un travail de qualité. Par ailleurs, la performance de l’entreprise ne peut plus se satisfaire d’indicateurs exclusivement économiques. Dès lors qu’elle se doit de prendre en compte sa responsabilité sociale et sa responsabilité environnementale, il convient de définir les critères de sa performance globale.

    Alors que le travail se transforme, dans son contenu et ses organisations, est-il possible de conjuguer émancipation des travailleurs et performance de l’entreprise ? A quelles conditions ?

     

    Intervenant-e-s :

    Bertrand Ballarin, ancien responsable des relations sociales du groupe Michelin

    Pierre-Yves Gomez, professeur à EM Lyon

    Pascale Levet, Le DOTANK

    Stéphane Béchaux, chroniqueur sur LCI, rédacteur en chef du Mag' du Printemps de l'économie

    #22 / 16h45-17h45 / Les plateformes numériques : une révolution pour l'emploi ?

    Session conçue par Damien Babet et Laurence Hermant, INSEE

     

    Emplois stables ou précaires, en réseaux, situations de multi-activité, « faux indépendants »… les mutations de l’emploi sont régulièrement au cœur du débat social. Mesurer ces évolutions répond à de nombreux enjeux : Quelle acceptation sociale ? Quelle orientation pour les politiques publiques ? Quelles conséquences sur le financement de la protection sociale ?

    Le poids croissant des plateformes numériques qui mettent en relation employeur et employé, prestataire de services et client bouscule la donne. Mais combien pèsent réellement ces nouvelles plateformes numériques ? 0,5 %, 5 %, 10 % des emplois ? Les estimations sont rares et contradictoires. Auxquelles peut-on se fier ?

    Comment le service statistique public français mesure-t-il ces évolutions ? Quel constat en 2019 ?

    Les plateformes numériques sont-elles le big bang dans l’évolution des formes d’emploi ?

     

    Intervenant-e-s :

    Damien Babet, concepteur d'enquêtes et chargé d'études, division emploi, direction des statistiques démographiques et sociales, Insee

    Bernard Gazier, économiste, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l'Institut universitaire de France

    Olivia Montel, Chargée d'études économiques, DARES – service statistique du ministère du Travail

    Animation : Emmanuelle Ducros, L'Opinion

    #23 / 18h-19h15 / Migration et travail vu par les sciences sociales

    Session conçue par Nancy L. Green - EHESS

     

    Si la France est un pays d'immigration depuis le 19ème siècle c'est parce que les immigrés sont venus en grande majorité pour travailler : dans les usines, les champs, les petits ateliers, le commerce, et le travail domestique. Mais les questions migratoires sont à la fois nationale et globale. Historiens, sociologues, et anthropologues s'engagent dans l'analyse de ces mutations, permettant d'analyser la place des migrants dans l'économie d'hier et aujourd'hui.

     

    Intervenant-e-s :

    Nancy L. Green, directrice d'études, EHESS

    Christelle Avril, sociologue, maîtresse de conférences, EHESS

    Stefan Le Courant, anthropologue, post-doctorant, EHESS

    Modérateur : Pierre-Cyrille Hautcoeur, directeur d'études, EHESS

  • Pour inscrire une classe, un groupe

    Préciser le niveau de la classe (seconde, première, terminale), le nombre d'élèves et d'accompagnants, le nom de l'établissement, la ville et l'académie.

    Inscriptions individuelles

    Pour réserver une à deux places, sur la plateforme Eventbrite.

    N'hésitez pas également à le partager auprès de vos contacts sur les réseaux sociaux !

    All Posts
    ×